wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Szamorodni

Nom hongrois pour un type de vin de Tokaj; voir ici.

Le vin le plus connu de Hongrie tient son nom de la ville de Tokaj, située au nord-est, près des frontières avec la Slovaquie et l'Ukraine. Le mot "Tokaj" est probablement d'origine turque hunnique et signifie "forêt au bord de la rivière". Il est mentionné pour la première fois dans une chronique à la fin du 11e siècle, où il est question du passage d'une armée cumanienne sur la rivière Tisza à "Thocoyd". La viticulture hongroise à grande échelle a été fondée par le roi Béla IV (1235-1270), et la région de Tokaj a connu son premier essor aux 13e et 14e siècles. Il est impossible de déterminer quand le tout premier Tokaj Aszú a été produit, mais il compte certainement parmi les premiers vins obtenus à partir de baies nobles botrytisées.

Tokajer - Gemälde 16. Jahrhundert

L'image montre les vignobles de Tokaj dans la seconde moitié du 16e siècle (graphique de Georg Hoefnagel). La forteresse appelée château de Rákóczi a été démolie en 1705 sur ordre de François II Rákóczi (1676-1735).

L'histoire du tokaj

De nombreuses légendes entourent l'"invention" du tokajer. On prétend qu'en 1562 déjà, lors du concile de Trente, un Tokaji Aszú fut présenté au pape Pie IV (1499-1565), qui fit alors remarquer: "Summum pontificem talia vina decent!" ("Un tel vin doit être servi sur la table pontificale"). La première mention écrite du vin d'Aszú est souvent citée en 1571, plus précisément dans un écrit de l'inventaire de la famille Garay daté du 15 mai 1571. Dès 1590, le terme "Vinum passum-aszu szeőleő bor" (vin de baies d'Aszú) apparaît dans l'ouvrage posthume "Nomenclatura" de Balázs Szikszay Babricius (+1576). Et en 1635, une liste de la cave Rákóczi mentionne "7 tonneaux (le tonneau de Göncer était la taille standard) et 2 Àntalag (= petit tonneau) d'Aszúszőlő-Bor" (= vin de raisins d'Aszú). Parmi les domaines du prince György Rákóczi Ier (1600-1660) figurait notamment la région de Tokaj Tokaj-Hegyalja.

La naissance en 1651

Vers 1631, alors qu'une des nombreuses invasions turques menaçait à nouveau, le prédicateur de la cour Máté Szepsi-Laczkó (1576-1633) décida d'attendre que le danger soit écarté avant de procéder aux vendanges. Pendant l'automne long et ensoleillé, les baies commencèrent à se ratatiner et la pourriture noble fit son apparition. Les viticulteurs reçurent l'ordre de presser séparément les raisins du vignoble Oremus lors des vendanges. À Pâques 1651, le premier "Tokaj Ausbruch"(sélection de grains secs) fut servi à la princesse Zsuzsanna Lorántffy. C'est pourquoi les Hongrois honorent encore aujourd'hui Szepsi-Laczkó comme "inventeur de l'Aszú". Une évaluation nationale des régions viticoles hongroises date de 1707. Les régions y étaient divisées en cinq catégories ou classes de qualité. Seule la région de Tokaj-Hegyalja était classée en première catégorie. C'est à cette époque que l'on a commencé à prendre conscience de la grande importance de cette région en tant que produit commercial précieux.

des amateurs célèbres

À partir du 17e siècle, le tokaj joua un rôle important dans de nombreuses cours européennes. Les amateurs royaux étaient François-Joseph Ier, Marie-Thérèse, Frédéric le Grand, Victoria Ier et Guillaume II. De nombreux écrivains, poètes et compositeurs célèbres ont mentionné le tokaj dans leurs œuvres. Il s'agit de Ludwig van Beethoven, Johann Wolfgang von Goethe (Faust), Heinrich Heine (Buch der Lieder), Friedrich von Schiller (Wallenstein), Franz Schubert, Bram Stoker (Dracula), Johann Strauss fils (Fledermaus), Theodor Körner (dans une chanson sur le vin), Nikolaus Lenau (Mischka an der Theiß) et Voltaire (Preuve de Dieu).

En 1733, la cour impériale russe a créé sa propre commission d'achat de vin dans la ville de Tokaj. Le 8 novembre 1745, l'impératrice Elisabeth Petrovna Romanowa (1709-1762) commanda par lettre une livraison de 375 tonneaux et fit remarquer en guise de post-scriptum: "Et s'il n'y a qu'une seule possibilité, envoyez par messager au moins trois antals (tonneaux d'environ 75 litres), que je ne peux me procurer nulle part ici, alors que je ne peux pas me passer de vin, comme vous le savez aussi".

Vinum Regum - Rex Vinorum

Sous le règne de son successeur, Catherine la Grande (1729-1796), un détachement spécial de cosaques escortait les livraisons jusqu'à sa résidence de Saint-Pétersbourg. Le Roi Soleil français Louis XIV (1638-1715) lui conféra le titre de "Vinum Regum - Rex Vinorum", en français "vin des rois - roi des vins". Le tokaj a également été utilisé à plusieurs reprises comme arme diplomatique. Lorsque les Turcs furent chassés de Budapest en 1686, le prince Ferenc Rákóczi II (1676-1735) voulut faire de la Hongrie, désormais libérée, un royaume indépendant. Afin de s'allier à Louis XIV, il lui envoya un noble Tokaj. L'empereur François-Joseph Ier (1830-1916) utilisa également le vin à des fins diplomatiques, il accueillit la reine d'Angleterre Victoria (1819-1901) chaque année à son anniversaire avec un envoi d'Aszú.

L'âge d'or

Le commerce du vin de Tokaj a connu son apogée à l'époque de la splendeur des familles régnantes Rákóczi et Bercsényi, aux 17e et 18e siècles. C'est à cette époque que la plupart des innombrables caves à vin (on en a compté 185 rien qu'à Tokaj) ont été creusées dans les sols de loess qui s'y prêtaient parfaitement, ce qui a donné naissance à la profession de fouilleur de cave. A partir du dernier tiers du XVIIIe siècle, on a assisté à un déclin, d'une part en raison d'événements guerriers qui ont laissé les vignobles sans travail ou les ont détruits, d'autre part en raison de mesures imposées par l'économie, notamment sous le règne de Marie-Thérèse (1717-1780). L'exportation de vins de Tokaj n'était autorisée que dans la mesure où les vins autrichiens étaient importés. En 1745, la souveraine de l'impératrice russe Elisabeth (1709-1762) en envoya 600 bouteilles. Le pape Benoît XIV (1675-1758) en reçut également un envoi et ce dernier le remercia par une citation exceptionnelle.

Contrefaçons

Les falsifications de vin, qui ont eu lieu à grande échelle dans de nombreux pays au XIXe siècle, ont également contribué à la mauvaise réputation du tokajer. Il existait...

Qu'en disent nos membres ?

Sigi Hiss

Il existe un nombre incalculable de sources sur le web qui permettent d'acquérir des connaissances sur le vin. Mais aucune n'a l'ampleur, l'actualité et l'exactitude des informations du lexique de wein.plus. Je l'utilise régulièrement et je m'y fie.

Sigi Hiss
freier Autor und Weinberater (Fine, Vinum u.a.), Bad Krozingen

Le plus grand lexique au monde sur le vin.

26,408 Mots-clés · 47,041 Synonymes · 5,323 Traductions · 31,742 Prononciations · 205,396 Références croisées
Produit avec par notre auteur Norbert F. J. Tischelmayer. A propos du Lexique

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS

PARTENAIRES PREMIUM