wein.plus
Attention
Vous utilisez un ancien navigateur qui peut ne pas fonctionner comme prévu. Pour une meilleure expérience de navigation, plus sûre, veuillez mettre à jour votre navigateur.

Se connecter Devenez membre

Dès le début de l'Antiquité, les Assyriens, les Égyptiens et les Grecs connaissaient déjà le bouchon de liège. Les bouchons de liège étaient également utilisés pour fermer les amphores. La plupart du temps, on utilisait des bouchons en terre cuite (argile), fixés avec de la ficelle, puis scellés avec de la laque, de l'argile ou de la poix. Caton l'Ancien (234-149 av. J.-C.) écrit qu'après la fermentation, les jarres à vin doivent être fermées avec du liège et de la poix. Les Romains connaissaient donc déjà ce type de fermeture, mais elle est retombée dans l'oubli avec la chute de l'Empire romain. En effet, la péninsule ibérique, principale source d'écorce de liège, a été conquise et longtemps dominée par les Maures au 8e siècle. Jusqu'à la fin du Moyen Âge, les récipients étaient scellés à l'aide de bouchons de bois trempés dans l'huile et entourés de chanvre, de poix ou de cire.

Qu'en disent nos membres ?

Hans-Georg Schwarz

En tant que président d'honneur du Domäne Wachau, c'est pour moi le moyen le plus simple et le plus rapide de consulter le lexique wein.plus en cas de questions. La certitude d'y trouver des informations fondées et actuelles fait de son utilisation un guide indispensable.

Hans-Georg Schwarz
Ehrenobmann der Domäne Wachau (Wachau)

Le plus grand lexique au monde sur le vin.

26,442 Mots-clés · 47,022 Synonymes · 5,321 Traductions · 31,775 Prononciations · 209,876 Références croisées
Produit avec par notre auteur Norbert F. J. Tischelmayer. A propos du Lexique

EVENEMENTS PROCHES DE VOUS

PARTENAIRES PREMIUM